23 novembre 2014

LES ACTEURS DU NOIR ONT CARTE BLANCHE

ACTUALITÉS
40 ans, 6 morts et quelques jours par Victor Rizman

40 ans, 6 morts et quelques jours par Victor Rizman

« Un jour, vous vous réveillez et vous réalisez que l’enfant qui sommeille en vous ne se réveillera plus. Il est mort ! »
Oui… et fort de ce constat, fier de ma vision et du brillant organe cérébral qui domine ma personne, je décide de me lancer dans l’écriture d’un premier roman, forcément exorciste, bien décidé à crucifier la crise de la quarantaine en une troiscentaine de pages.
Je quitte la jolie agence de communication qui m’occupe depuis 18 ans, passe un an à construire une cabane dans mon jardin et m’y enferme.
Tout y commence par un sac-poubelle au clair de lune révélant poétiquement la vacuité de sa vie à publicitaire père de famille et quarantenaire. Convaincu qu’il doit quitter définitivement sa médiocre existence, le voila serial killer, traquant ses futures victimes sur un site de rencontres.
Au fond de mon jardin, ma cabane s’anime et l’air s’alourdit quand Vulcain Sanglar, un journaliste pas très propre, essaye lui aussi d’échapper à la tourbe de son existence en assurant la couverture presse des crimes, puisant largement dans son étrange univers pour enrichir la symbolique des meurtres voire étoffer l’histoire pour garder la première page.
Regardant souvent par la fenêtre, planté à coté de moi en silence, le capitaine Joël Schmidt, lui, n’attend plus rien, même s’il croit reconnaître une fois encore cette petite musique qui lui dit que tout est trop évident pour être vrai et lui a déjà coûté plus que sa carrière.
Mois après mois l’histoire se déroule et s’enroule, je vis avec ces trois hommes, partageant leur vision, oscillant entre leur désir de « savoir » et celui de « croire », je les vois progresser et envisager de nouvelles relations avec les femmes qui les entourent.
Et puis parce que je suis un ex de la com’, sachant où se situent les limites de la manipulation, je m’amuse avec internet, avec les images et les histoires dont se nourrit à outrance la société actuelle, parce que j’ai écrit pour le théâtre, mis en scène, dirigé des acteurs, je tente de donner corps à un scénario, d’animer des personnages et leur donner une belle humanité, une vraie proximité. Enfin parce que j’aime les histoires de méchants pas si méchants, le suspense et les surprises, j’en suis venu à écrire toutes ces lignes.
C’est ainsi que 9 mois plus tard, je ressors au jour pour accoucher d’un manuscrit nommé « 40 ANS, 6 MORTS ET QUELQUES JOURS… »
Quelques photocopies plus tard, je reçois un courrier d’un éditeur qui ne l’éditera pas en m’écrivant : « Une intrigue policière qui transgresse les règles du genre en redonnant tout son sens à la manipulation. » Je me dis que cela ferait une super conclusion pour une bande annonce, surtout avec un peu d’écho sur le dernier mot.
L’aventure commence à nouveau sur Internet et aboutit à Cognac avec un premier prix pour la susdite vidéo :

40 ANS, 6 MORTS et QUELQUES JOURS from Victor Rizman on Vimeo.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>