25 octobre 2014

LES ACTEURS DU NOIR ONT CARTE BLANCHE

ACTUALITÉS
Fin de série par Christian Rauth

Fin de série par Christian Rauth

Salon du Livre. Lieu improbable et foule.
Un chaland, dernier opus d’Eric Naulleau coincé sous le bras, s’arrête.
Fin de Série ? C’est vous qui l’avez écrit ?
Le chaland interroge, pupilles en allers-retours sceptiques sur la couverture du livre et ma tronche.
Un acteur pourrait-il écrire un roman, avec des vrais mots de littérature dedans ? Telle est la question que je flaire en observant discrètement son pochon exsudant des effluves d’œuvres germanopratines majeures.
Non, c’est Westlake, connard !
Ça, c’est ce que j’ai parfois envie de répondre au questionneur, mais je le fais rarement. Et puis…
Les gens sont moins cons que le pense Naulleau. Ils n’ont pas besoin de ses talents pour débusquer les impostures littéraires. Pourquoi je m’en prends à Naulleau, c’est idiot ? Je ne le connais pas, je n’ai pas lu ses livres et il me le rend bien. Bon, tant pis, j’irai pas «Balancer à Paris» ! Je balance donc ici, chez Hérisson pour parler de mon dernier roman.
Mais qu’écrire ? Tout a été dit à propos de ce chef d’œuvre. (2ème degré Naulleau !). Pas envie non plus de paraphraser mon récit, ni d’en expliquer les ressorts.
Que faire ?
La Séquence du Téléspectateur, vous connaissez ? Ma « madeleine de Proust » à moi. Ça donnait envie… ou pas d’aller voir des films.

Alors voici la « Séquence du cyber lecteur» :

A cette heure le Zanzi Bar était quasi désert. Seul un client s’arsouillait au fond de l’établissement, en compagnie d’une fille que Rob ne connaissait pas. Il se retrouva accoudé au comptoir, entourée de Karine, Claudia, Colette, Paule et les autres. Du Sautet, mais d’un autre style.
Ces demoiselles l’avaient adopté dès les premières diffusions de Monti, une période qui correspondait à l’achat de son appartement juste au-dessus. Rob était devenu une sorte de client VIP. Sa petite notoriété télévisuelle faisait leur fierté à toutes. Les soirs de blues, il descendait siroter son Kopke que Colette planquait à son usage exclusif. Ça lui évitait ainsi de banquer la demie de mousseux au tarif du Cristal rosé. .
– C’est une nouvelle? Demanda Rob en montrant la fille au fond du bar.
– Pépita, répondit Colette en remplissant son verre. Elle est gentille.
Elles étaient toutes gentilles ces mômes un peu paumées qui veillaient sur son appartement et son chat quand il s’absentait pour ses tournages. A vrai dire, il faisait davantage confiance à ces honnêtes entraîneuses qu’à sa gardienne qui fricotait avec les RG.
– Comment il va Tintin ? demanda Rob à Claudia.
– Il t’attend ton minou. Le mien aussi, rigola Katia… pas vulgaire, mais presque.
Une heure plus tard il avait entamé son troisième Porto et avait répondu évasivement aux questions des filles. Colette alluma la télé pour le journal de la nuit.
– Mesdames Messieurs bonsoir. La France est sous le choc, il s’appelait Eddy Ordo, des millions de spectateurs l’appelait Monti. Ce matin à neuf heures, le commissaire est tombé sous les balles de son partenaire. Accident ? Assassinat ? Selon notre correspondant dans la cité phocéenne, l’enquête conjointement menée par la section anti criminalité du SRPJ de Paris et de Marseille, avance à grand pas. Un reportage signé Pascal Elbrock.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>