2 août 2014

LES ACTEURS DU NOIR ONT CARTE BLANCHE

ACTUALITÉS
Confiance aveugle par Sandra Martineau

Confiance aveugle par Sandra Martineau

Déjà toute jeune, j’aimais créer des histoires et inventer des personnages dans des univers nickel où tout était beau et tout le monde était gentil. J’ai grandi en me nourrissant de séries et thrillers américains. La suite était donc logique : le noir, le suspense et l’horreur m’ont attrapée en vol pour me faire évoluer vers un style complément différent.
L’idée de « Confiance Aveugle » m’est venue d’une scène dans laquelle une jeune femme non-voyante rentrait dans l’appartement d’un tueur qui venait de torturer une de ses victimes. Encore du gore et pourtant je me fais peur avec. Si je parle de scène, ce n’est pas anodin ! En effet, j’ai commencé mon initiation littéraire en écrivant des scénarii, expérience dont j’ai tiré une technique particulière pour construire mes romans : je visualise chaque séquence dans ma tête à la manière d’un film avant de me lancer sur mon ordinateur, ce qui me permet de ne pas écrire les chapitres forcément à suivre. Pas d’inspiration sur un chapitre, je passe à un autre. Le challenge est de rattacher les wagons de façon cohérente et sans se perdre.
Cette histoire me tenait particulièrement à cœur, c’est pourquoi je n’ai jamais abandonné mes recherches d’éditeurs (j’ai d’ailleurs conservé les dizaines de lettre de refus). Et c’est en faisant une analyse sur moi-même que je me suis rendue compte que cet intérêt pour le monde des aveugles remontait à mon enfance. Jeune, je déambulais dans l’appartement de mes parents en fermant les yeux pour vivre dans cet univers si différent du mien. Ce roman évoque une approche différente du polar à travers la cécité de son héroïne, ce qui en soi représente un réel défi de retranscrire le visuel à travers un personnage non-voyant. Il m’a fallu manier l’empathie sans pour autant tomber dans le mélodrame.
Imaginer est une véritable source de plaisir pour moi mais tout mettre en phrases reste un exercice compliqué et en tant que jeune auteur, j’ai un réel travail à faire pour vaincre mes tics d’écritures et améliorer mon style trop simple à mon goût. D’ailleurs, je remercie sincèrement mon éditeur pour l’énorme travail de correction qu’il a effectué pour ce premier roman. A l’heure actuelle, je finalise l’écriture de mon deuxième manuscrit avant de me lancer dans le troisième et quatrième qui m’attendent déjà.

3 commentaires

  1. Bonjour, bon article. Aveugle depuis 10 ans , j’utilise le logiciel Jaws pour naviguer sur internet. C’est parfois fastidieux. Je me suis fixé un but qui a comme objectif de créer un site internet sur les recettes de cuisines, comme quoi même si rien n’est simple tout est faisable.

  2. Mylène Chopin

    Narration très classique plutôt « dépourvue de personnalité ». Le thème est connu et rabâché, dommage…car avec un style plus personnel ça pourrait devenir intéressant.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>