23 octobre 2014

LES ACTEURS DU NOIR ONT CARTE BLANCHE

ACTUALITÉS
Le polar au Cameroun par Léo Sinclair

Le polar au Cameroun par Léo Sinclair

Je suis un auteur camerounais qui s’est indigné de voir que le genre polar a été laissé en jachère par les premières générations d’auteurs de mon pays. Ce qui me place au centre de ce courant littéraire comme un pionnier. En effet, je suis le seul auteur à l’heure actuelle qui s’enfonce dans les sentiers de la littérature noire. J’ai une formation de scénariste à la base et j’ai étudié les investigations criminelles pour mon travail de polardeux. Je me suis fait connaitre auprès des éditeurs locaux en leur soumettant mes tapuscrits, au départ pas très parfaits sur la forme. L’incursion dans le monde du journalisme m’a donné une rigueur qui a porté des fruits. Je suis en voie de voir mon premier thriller (LE CONCILE DES TENEBREUX) paraître aux Presses Universitaires de Yaoundé. Il table sur un thème qui fait couler beauoup d’encre et de salive dans les médias locaux. Pour promouvoir cette littérature et fédérer des énergies, (les PUY me demandent de créer une sous-collection dans leur maison), je me propose de légaliser Polar Academy.Org.
Le genre n’est pas pratiqué chez nous au Cameroun bien que lu en abondance. Toujours dans l’optique de la promotion, j’ai écrit deux premiers articles de presse qui vont paraître seulement le mois prochain dans un journal local.
Dans un pays où il n’y a aucune politique du livre, où la culture et l’art se résument à la musique et au football, les romanciers ont du mal à publier. Polardeux ? c’est presque mal vu.
Le genre sert de prétexte pour fouiller dans les antichambres du pouvoir. Du moins, c’est ce que je m’applique à faire. J’ai mis trois ans à attendre que LES FEYMEN, mon premier polar paraisse dans un média d’état, la sopecam qui édite le grand quotidien national.
Parce que mon texte devait être purgé, je l’ai retiré. Depuis, je suis sans suite quant aux demandes de subventions que j’adresse à notre ministère de la culture pour publier ne serait-ce qu’un roman afin de fédérer les auteurs autour de l’association que je suis en train de légaliser pour la promotion de la littérature policière et ses genres cousins.
Chez nous, tout se résume à un combat avec les politiques. Pour le moment, je fais du « bruit » avec ma plume par articles de presse ici et là pour me donner une visibilité afin de mieux me faire comprendre et connaître.
Car chez nous, on n’est rien jusqu’à ce qu’on démontre au milieu des obstacles et des coups bas qu’on vaut quelque chose. Aucun concours littéraire depuis plus de 20 ans, dans un pays dont les plumes de 1er choix abondent. Rien n’est fait pour les auteurs. La mafia étatique s’empare des fonds mis par le chef de l’Etat au service des artistes. A telle enseigne que l’argent de l’art construit des villas, paye des voitures, satisfait les besoins des gens qui n’ont de mérite pour l’exploiter que parce qu’ils savent comment mettre la main dans la caisse. Il faut appartenir à des lobbys bizarres ou faire le lèche-botte pour obtenir une somme qu’ils diviseront par deux ou par trois quand bien même ils daignent vous accorder quelques CFA.
Vous comprenez pourquoi les artistes préfèrent fuir leur pays ? En tout cas, ça vous édifie sur les problèmes des auteurs du Cameroun.
Si vous avez des idées qui peuvent nous booster et nous guider dans notre quête, nous nous ferons le plaisir de les accueillir avec joie.
Le concile des ténébreux devrait paraitre avant août 2011. Nous en reparlerons après sa parution.

2 commentaires

  1. Vous êtes un courageux pour vous être lancé dans l’écriture et dans un genre oublié dans votre pays. ça a du mérite. En espérant que vos efforts soient récompensés ( je pense qu’ils le sont déjà).
    Bien à vous.

  2. Didier FOSSEY

    Impatient de lire ce concile des ténébreux

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>