25 octobre 2014

LES ACTEURS DU NOIR ONT CARTE BLANCHE

ACTUALITÉS
Ze cercle par Jacques Hiver

Ze cercle par Jacques Hiver

Synthèse de mes précédentes écritures pour la télévision, la radio et le théâtre, ce premier roman fut l’occasion jubilatoire de m’accrocher à une technique que, faute de temps, je n’avais pu encore aborder. Ou oser.
Aventure passionnante pour laquelle on abandonne le minutage précis d’un scénario, ou d’une dramatique, pour une liberté absolue d’écriture.
Et cependant, danger !
Avec nombreux pièges à tous les coins de rues. Ne pas se laisser surprendre par l’arrivée imprévisible d’un nouveau personnage dont on ne saurait plus quoi faire ensuite. Définir un point de départ et un point d’arrivée. Ainsi que les étapes. Autant de chapitres comme autant de séquences d’un film. Et si l’histoire n’est pas qu’une simple idée, alors tous les éléments du puzzle trouvent leur juste place au juste moment et au bon endroit. Encore faut-il oser mélanger plusieurs puzzles pour égarer le lecteur. Premier degré, second et troisième, bienvenus.

Le thème ? Un gros souci de société qui ne se contente pas d’exploser en projetant de l’hémoglobine sur des murs. Une héroïne et un psychopathe. Pureté et mensonges. Pour un combat perdu d’avance. Celui de la gestion des masses et de la Pensée unique. Quand les tabous sortent du bois, les pitoyables se retrouvent toujours en très vilaine posture.

Iouropa , jeune femme d’une fascinante beauté, fille de Simon Clarkov, célèbre galeriste parisien en Art contemporain, est sauvagement assassinée pour avoir tenté de détruire le Cercle. Nébuleuse dont l’obscur pouvoir de contrôle s’exerce sur la docile armée des pitoyables. Marcel Duvier, flic à la retraite et John-John Joshua Bluwer, journaliste périmé, tentent en vain de démasquer le meurtrier psychopathe de la jeune martyre. Un polar politiquement incorrect dans lequel Goliath et l’inéluctabilité des choses auront raison de David.
Ce n’est pas le crime qu’il faut montrer du doigt mais la société qui va mal.

Un commentaire

  1. Hélène Hervet

    Je viens de dévorer le livre. Je manque de temps, mais là, il m’a fallu 3 jours seulement pour le lire tellement l’action m’entraînait à poursuivre.
    Il est bien écrit, les personnages (journaliste et flic) sont sympas, et on se demande dans quel piège diabolique Iouropa va entraîner ses conquêtes et tout ce mon politique.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>