Rejoignez la page Facebook de Livresque du Noir flux rss Suivez le compte Twitter de Livresque du Noir
LIVRESQUE DU NOIR EST AUSSI PARTENAIRE DU SALON DU LIVRE D'EGREVILLE QUI SE TIENDRA LE 18 MAI.


Les acteurs du Noir ont carte blanche

[X] Fermer

Ecran total

Emphysiqué ! par Saint-Luc

Emphysiqué ! par Saint-Luc

J’étais paisiblement en train d’écrire le troisième volume de la série Commissaire Garon, une enquête ayant Lyon pour cadre, le milieu médical et l’extrême-droite pour cibles.

Un matin, en surfant sur Le Monde, je suis confronté à l’incroyable, à l’inconcevable : Dominique Strauss-Kahn stoppé dans sa cabine de première alors qu’il opérait une retraite précipitée vers la France (version A), qu’il rentrait normalement au bercail (version B).

J’ai fait comme de nombreux pékins, j’ai surfé une partie de la matinée entre BFM et iTV, et là j’ai reçu ce choc de contempler un puissant -et pas n’importe lequel, notre possible futur président !- encadré par des pas tibulaires en uniforme, les bracelets aux mains, le regard terne mais qui transpirait l’angoisse, le teint cireux, crayeux, trouilleux.

Ensuite, presque aussitôt, le bal des hypocrites a débuté. Merveilleux moment que celui qui permet de se rappeler qu’il n’existe aucun ami en politique, seulement des intérêts aussi gonflés que la tête de celui qui vous les manifeste. Formidable, hallucinant !

Quelques semaines après, je me suis rapproché de quelques zamis qui appartiennent toujours, et à des places très convenables, aux cabinets que j’ai fréquentés autrefois… Et j’en ai appris des pas tristes, des incroyables, des que Laurence Ferrari n’ira jamais rapporter sur TF1, dès que Le Canard connait peut-être mais n’osera pas, même lui, dévoiler de peur des procès. Puis, cet autre ami, qui en connait plus, poste oblige, sur nos mœurs diplomatico-secréto-j’t’enfumo que nombre de ses collègues m’a livré sa version. Vraie selon lui. Je ne la juge pas, je n’ai aucun moyen pour ce faire.

Par contre, le roman, la fiction, je les chéris assez pour leur avoir demandé la faveur de m’aider à conter une fable grinçante partant de faits réels. Emphysiqué !, c’est cela, une fable qui a Hua Hin, station plutôt huppée du golfe siamois, pour théâtre principal, les petites maisons discrètes de la rue de l’Elysée en secondaire.

Dans ce roman, le président en place se nomme Balkücy, et son équipe s’arrache les cheveux à la nouvelle de l’arrestation de R.A.S, Roland Ariel-Sachs, patron du Fonds monétaire de secours. Parce que R.A.S c’était leur candidat à eux, le socialo 2012 qu’ils s’étaient choisis, facile à dégommer au bon moment, quand il le faudrait mais pas avant. Le plan-com était tout prêt et on veut leur saboter ? Il faut, absolument, sauver le soldat Ariel-Sachs. C’est The but, essentiel, chacun s’arrangera concernant les moyens.

Crime dégueu ou manip ? Abject coupable ou emphysiqué véritable ? Larmes vraies ou de croco ? Instantané ou lente maturation ? Et pour quels buts ?

Tags : , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire