22 décembre 2014

LES ACTEURS DU NOIR ONT CARTE BLANCHE

ACTUALITÉS
Derrière la haine par Barbara Abel

Derrière la haine par Barbara Abel

Derrière la haine, ce fut d’abord une idée. Le genre d’idée qui fait que mon cœur s’emballe, je sens, je sais qu’il se passe quelque chose, je tiens un truc, ça vaut la peine de creuser. Je me lève, je tourne en rond, ça m’énerve. Après… Après il faut que je parvienne à la formuler, par écrit c’est mieux, ça me permet de mettre les choses à plat et vérifier si, VRAIMENT, c’est une bonne idée. Il faut que j’en sois convaincue parce que je m’apprête à passer – minimum ! – une année avec cette histoire ; alors si ça ne tient pas la route, je vais juste perdre mon temps.
Derrière la haine, c’était une bonne idée. Une sacrée bonne idée.
Je l’ai tout de suite été.
Convaincue.
Derrière la haine, ce furent ensuite des heures, des jours, des nuits à gamberger, à imaginer, à inventer, toutes antennes dehors, à écouter les gens, les musiques aussi, à taper des mots clés sur le Net et lire ce que ça donne, à griffonner des bouts de phrases dans un carnet, à induire, à me tromper, à recommencer, à corriger, à aller voir sur Facebook s’il y a du neuf, à lancer des pistes, à créer des personnages, à les modeler comme ça m’arrange, après tout c’est moi le chef, je fais ce que je veux. Le pied !
Sur ce bouquin-là, j’ai tout fait. Sauf douter.
Sur ce bouquin-là, plus ça avançait, plus je savais que je tenais quelque chose.
Ca n’arrive pas à chaque fois.
Derrière la haine, ce fut une évidence. L’envie de le partager avant même qu’il soit rédiger et d’ailleurs à ce propos, il faudrait peut-être que je m’y mette, à la rédaction.
Et donc, Derrière la haine ce furent des heures d’écriture, pianoter sur mon portable confortablement calée dans le divan de l’atelier, enroulée dans la vieille couverture avec mes clopes et du chocolat à côté de moi.
Il y a pire comme boulot !
Derrière la haine, ce fut ensuite une discussion avec mon éditrice, au téléphone puis dans son bureau, elle adore mais elle est persuadée qu’on peut améliorer la chose, en faisant ci, et puis en faisant ça, et encore ça, et puis ça aussi…
Pffff !
Le pire c’est qu’elle a raison. Parce que si Derrière la haine est ce qu’il est aujourd’hui, c’est aussi grâce à mon éditrice. Merci Céline.
Derrière la haine n’a pas tout de suite été Derrière la haine. Ce fut d’abord L’irréparable, puis Les gens d’à côté mais mon éditrice n’était pas convaincue. Ce fut ensuite Côte à côte, mais là, c’est moi qui n’étais pas convaincue. Peu à peu, il y a eu De l’autre côté de la haine, et enfin Derrière la haine.
Derrière la haine a mis du temps à être Derrière la haine. Mais on a fini par le débusquer.
Enfin, Derrière la haine, ce fut une couvrante. Ma sœur est graphiste, je l’ai mise sur le coup. Elle a tâtonné pendant quelques propositions qui en restèrent avant de trouver celle-là, qu’elle a conçue en cachette : je croyais qu’elle avait abandonné, les dernières propositions ne convenaient pas du tout, elle avait d’autres projets sur le feu. Et puis je reçois un texto de mon éditrice m’informant que la couv’ de ma sœur est acceptée. Je n’y comprends plus rien, de quelle couv’ parle-t-elle ? J’appelle ma sœur et lui fait part de ma perplexité. Elle est aux anges, elle rigole, m’avoue avoir travaillé sur un énième projet sans m’en parler… Bref je suis heureuse d’apprendre que mon roman est désormais affublé d’une couv’.
Je lui demande de me l’envoyer par mail.
Ma sœur est bien embêtée : elle n’est pas au bureau et elle n’a pas repris son portable chez elle. Il faudra que j’attende demain.
Super !
Ca valait le coup d’attendre. Je l’ai découverte le lendemain et je l’ai tout de suite aimée.
Merci Elise.

Derrière la haine est enfin ce qu’il est, une histoire béton, un canevas d’une simplicité imparable, un décor, peu de personnages, des pages dont on me dit qu’elles se tournent toutes seules et une fin insoupçonnable. Un bel objet aussi. Un bouquin qui donne envie d’être lu (en toute objectivité !). En tout cas un livre dont je suis fière, et que je peux enfin partager avec vous.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>