Rejoignez la page Facebook de Livresque du Noir flux rss Suivez le compte Twitter de Livresque du Noir
LIVRESQUE DU NOIR EST AUSSI PARTENAIRE DU SALON DU LIVRE D'EGREVILLE QUI SE TIENDRA LE 18 MAI.


Les acteurs du Noir ont carte blanche

[X] Fermer

Le théorème de Roarchack

Calais Jungles par Michel Vigneron

Calais Jungles par Michel Vigneron

Avant de quitter la région, il fallait que je trouve un thème pour un dernier livre sur le Calaisis, quelque chose qui parle aux habitants des Six Bourgeois, quelque chose qui soit propre à leur quotidien.
L’idée des Migrants, des candidats au mirage anglais m’est tout simplement venue en lisant des articles de presse, des faits divers impliquant ces ombres anonymes qui rôdent sur la Côte d’Opale.
Alors me sont revenus les souvenirs de mes années BMR (Brigade Mobile de Recherche), des interpellations que nous faisions, à la pelle, de passeurs répugnants qui exploitaient sans scrupule de pauvres bougres qui avaient payé à prix d’or, parfois même de leur sang, un billet pour un autre enfer.
Naturellement, l’effet escalier m’a remis en mémoire les réflexions que nous nous faisions sur l’immigration irrégulière, sur la façon dont la guerre du Kosovo avait transformé la ville pour plusieurs dizaines d’années. Nous étions partagés entre une dureté implacable et la pitié.
Mais que faire ?
A ce jour, je n’ai toujours pas de réponse ferme et définitive, seulement mes convictions – parfois paradoxales –  et le sentiment d’une vaste hypocrisie.
Je me suis aussi rappelé tous les fantasmes qui tournaient autour du Camp de Sangatte, puis des Jungles. Fantasmes alimentés par des faits réels (viols, prostitution, meurtres, trafic de drogue, réseau de financement de milieux terroristes…) et l’arrivée en flux constant de nouveaux migrants.
Calais Jungles part de ces rumeurs, de ces délires – pas si délirants que ça – qui auront transformé le phénomène « Kosovar » en légende urbaine.
Et qui mieux que Patrice Orca pouvait plonger tête première dans le quotidien sordide des Jungles ?
Qui mieux que lui, le flic du Puits de la perversion, était à même d’aller jusqu’au bout de l’histoire immorale que j’avais envie de raconter ?
Ne cherchez ni allusion politique, ni jugement à charge ou décharge de ce que nous appelons chez les flics, des ESI (étrangers en situation irrégulière). Je me suis concentré sur l’histoire, rien que l’histoire.
Je donne des pistes de réflexion, je décris de manière objective la vie de ces gens, rien de plus.
De toute façon, chacun a son avis sur la question, avis que le voisin ne partagera pas forcément !
Autre chose : ne cherchez pas une débauche de sexe, j’ai largement donné dans mes précédents romans !

Tags : , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire