ACTUALITÉS

Le monde d’en bas

Donnez une note à cette publication
Nb de votes : 9 / Moyenne : 5

Une fois encore,Alain Bron est un guide hors pair qui fait voyager par des mots justes son lecteur dans un univers bien particulier et une ambiance parfois oppressante à souhait.
C’est comme si on y était, dans ces égouts de Paris qui ressemblent tantôt à une cachette pour fugitifs, tantôt à un genre de cour des miracles souterraine peuplée de laissés-pour-compte de la société.
On y découvre,entre autres personnages, Ettore, un fugitif italien d’une soixantaine d’années, qui se terre dans l’abri qu’il s’est aménagé.
Il a fui l’Italie après avoir appartenu au mouvement des brigades rouges dans les décennies 70-80, en cette période trouble des années dites « de plomb »où le pays a été secoué par un activisme politique violent.
Les brigades rouges et autres mouvements extrémistes de gauche comme de droite qui sévissaient à l’époque ont laissé des plaies qui, aujourd’hui encore, ne semblent pas refermées.
L’auteur nous plonge dans ce pan de l’Histoire avec foule de détails mais sans jamais ennuyer grâce aux petites histoires qui se trament dans la grande et aux personnages tantôt graves, tantôt amusants voire pittoresques issus de milieux différents.
Il y a des traits d’humour aussi dans ce livre.
Ce qui est intéressant, c’est que l’enquête pour retrouver Ettore est croisée car menée par plusieurs personnes du monde « d’en haut », en Italie, à Paris et dans ses sous-sols donc, pour différentes raisons.
Des agents de la crim’, d’abord, suite à la mort d’un ancien militant italien tombé sous les roues du métro, avec le commissaire Gérôme Berthier (dont on a déjà pu suivre les aventures dans « Le fruit du doute ») assisté de l’atypique lieutenant Malavaux.
Ettore est aussi recherché pour des raisons qui restent longtemps obscures par un ancien comparse des Brigades rouges, Federico et enfin, par un éditeur, intrigué par les mémoires que le fugitif lui envoie épisodiquement via-internet.
Tout ce petit monde va se croiser sans se connaître et se chercher sans se voir dans ce dédale souterrain.Les pistes se créent, puis se brouillent, la chute du roman est vraiment inattendue et les coups de théâtre tombent jusqu’aux dernières lignes.
En conclusion, encore un très bon moment de lecture, comme je m’y attendais puisque j’avais découvert auparavant d’autres ouvrages de l’auteur.

A propos de Stéphanie75

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Voir aussi

La lettre et le Peigne

Donnez une note à cette publication Nb de votes : 2 / Moyenne : 4 Deux polars « rigolos » starring le ...