ACTUALITÉS

Leonis Tenebrae

Donnez une note à cette publication
Nb de votes : 0 / Moyenne : 0

Le satanisme effraie, et il attire. Il ne laisse personne indifférent. Son insolence agace, et son succès interpelle. Quelle est la clé de cet engouement ? N’est-ce qu’un phénomène de mode ? Pas sûr… Une exceptionnelle habileté à associer séduction et répulsion ? Sans doute… Cette curieuse ambivalence plonge ses racines au plus profond de notre histoire, et aujourd’hui nous en sommes tous –  à notre mesure – les dépositaires. À sa manière, le thriller Leonis Tenebrae illustre ce phénomène. Son écriture a répondu à mon intérêt personnel pour les mécanismes sectaires. Ce faisant, j’en ai profité pour revisiter avec plaisir mes lectures adolescentes relatives au monde de H.P. Lovecraft, notamment le sulfureux et très controversé Necronomicon.
 
En effet, l’ombre du maître de Rhode Island plane sur ces pages. En témoigne, par exemple, la structure du roman qui s’inscrit dans le déroulement codifié des cérémonies sataniques. Les grimoires anciens décrivent un officiant qui se présente face à chaque point cardinal, et il invoque un démon – animal tutélaire associé à un élément fondamental (air, eau, feu, terre). Les personnages vont se plier à ce rite au fil des chapitres. Ainsi le roman s’organise comme une messe noire, avec ses incantations et son lot de sacrifices. Si le texte flirte avec le fantastique, jamais il n’y bascule. L’histoire est définitivement ancrée dans le monde réel, et nul démon ne surgit d’une autre dimension, prêt à détruire notre monde. Pour ça, les humains sont tout à fait capables d’y arriver seuls… L’univers que je décris est plutôt un décor pour des hommes avides de pouvoirs, un cadre pour structurer de noirs desseins, et une justification pour les pires exactions. Certains esprits malicieux diraient que, finalement, cette définition conviendrait aussi bien à toutes les religions.
 
Le roman débute par la mise en scène d’un homme, Adam Leroy, un jeune astrophysicien devenu soigneur de fauves dans un zoo slovaque. Cette vie sans relief semble convenir à son caractère effacé, mais la donne va singulièrement changer après un incident dans la fosse aux lions. Il va devoir sortir de sa torpeur, et fuir vers l’Afrique, puis le Canada, avant de gagner la France. Il apprendra l’esquive et le combat; il devra s’interroger, sur son identité, celle de ses proches, notamment l’inquiétant père Krakov, et la troublante Alizée. Il devra enquêter sur son passé, sans doute le plus sûr moyen de construire son avenir. Une secte œuvre en coulisse. Son nom est Leonis Tenebrae, les ténèbres du lion. Elle est profondément ancrée dans les rouages de nos sociétés, et elle tire de bien étranges ficelles, sur fond de complots internationaux. Bien sûr, elle est une invention pour les besoins de ce livre, quoique…
 
Ce thriller occupe une place particulière dans ma production. Il s’insère entre deux couples de polars, i.e. il se positionne chronologiquement après deux aventures du groupe Wolf ( Thérapie en sourdine & L’affaire Cirrus ) et avant les tribulations de l’informaticienne tueuse à gages Suzana Magellan ( eXpert consulting & Le contrat Magellan). Ainsi il se démarque des thèmes développés chez ses voisins de rayonnage. Il est davantage un roman d’initiation. Cette rupture peut surprendre, mais la littérature est – pour ma part – indissociable de l’étonnement. J’aime explorer de nouveaux univers, de nouveaux personnages, faire de nouvelles expériences. Bref ! Varier les plaisirs !
 
Néanmoins des lignes de force subsistent. Je m’efforce de créer des caractères trempés, que je vois évoluer au gré des pages. J’aime alterner le tragique et le léger, changer de points de vue, donner du mouvement, des rebondissements. Plus généralement, je chercher à produire ce que j’aime lire ! Bref ! M’amuser ! Et je souhaite au lecteur de partager ce plaisir.

A propos de Jean-François Thiéry

Un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Voir aussi

Rever

Donnez une note à cette publication Nb de votes : 0 / Moyenne : 0 Depuis 3 ans, Abigaël, psychologue, ...