ACTUALITÉS

On se retrouvera

Donnez une note à cette publication
Nb de votes : 0 / Moyenne : 0

Difficile, dans notre pays, de sortir d’un cadre dans lequel on nous a enfermé. Un acteur doit rester un acteur et un écrivain est censé ne pas avoir tenté d’autres expériences que l’écriture, et pourtant…

Lætitia Milot, actrice de série télé , s’essaye au métier d’auteure et pour un premier roman, c’est assez réussi. S’associant à la très douée Johana Gustawsson ( auteure de l’excellent « Block 46 » , Lætitia Milot a co-écrit un roman à l’image de sa carrière d’actrice : populaire. Le mot n’est en rien péjoratif car le texte est à la fois fort et simple et le sujet cruel. Le premier chapitre, d’ailleurs, donne le ton et décrit, à la première personne, une scène de viol collectif extrêmement éprouvante qui en bouleversera plus d’un(e).

A la fois roman noir et polar, « On se retrouvera » est la quête d’une jeune femme cherchant la vérité sur ses origines et perdant pied, petit à petit, face à un drame intolérable mais c’est aussi un roman sur la gestion du deuil et de l’absence. Sur le manque implacable d’un père et d’une mère. Sur ces petits gestes quotidiens qui deviennent impossibles comme un simple coup de fil ou une main que l’on tient. Sur le timbre d’une voix ou les traits d’un visage qu’on tente tant bien que mal de ne pas oublier.

Pour qui ce sentiment d’être orphelin n’est pas étranger, ce roman rappellera ces fractions de secondes pendant lesquelles le réflexe de composer un numéro de téléphone depuis longtemps réattribué à des inconnus disparaît aussi vite qu’il est apparu, laissant une trace de tristesse et de regrets. Un manque permanent qui fait qu’on avance malgré un vide impossible à combler.

Efficace car abordant un thème sensible et difficile, ce court roman reprend les codes du genre avec des personnages assez attachants. Le rythme est sans temps morts malgré une répétition d’actions et des ruptures temporelles qui manquent de transition. Malheureusement, et c’est fort dommage, il est assez aisé d’en deviner le scénario au fil des pages et quelques rebondissements m’ont semblé par trop invraisemblables.

Un début très prometteur, un développement intéressant mais un final que j’ai trouvé presque bâclé et sans surprise. Cela n’enlève en rien la qualité des messages envoyés par les deux auteures mais aboutit sur une légère déception et un sentiment d’histoire inachevée.

Petit roman pourtant agréable à lire et très agréablement exempt de tout sentimentalisme débordant, « On se retrouvera » mérite que l’on se penche sur lui avec intérêt et augure une carrière d’auteure très honnêtement méritée.

A propos de Souslespavéslapage

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Voir aussi

Interview de Johana Gustawsson

Donnez une note à cette publication Nb de votes : 3 / Moyenne : 4.7 Je serai Canadienne, je pourrai ...